Index de l'article
Autres curiosités
Le Portail de Monsieur
Allègre et la télévision
Les hôtels du XVe siècle
La porte de Ravel
Les poternes
Les écuries du château
L'église d'Allègre
Toutes les pages

 

Les poternes

Afin d'assurer des échanges avec l'extérieur, en plus des "portes" fortifiées existaient deux poternes (on dit "posterles" dans le midi), l'une côté nord-est et l'autre en regard du Mont Bar. Cette dernière était certainement prévue pour accéder au charreyron menant en direction de Fontelines pour aller chercher de l'eau (entre autre). Ces passages étaient moins bien protégés que les "portes". Ainsi c'est par la porterne nord que trois hommes déguisés en femme sont passés pour aller assassiner Yves III.

"JACQUELINE D’AUMONT, marquise d'Allègre, épouse de YVES III, se disant maltraitée par son mari quitta le château pour se retirer auprès de ses parents. C'est alors que le marquis se mit en quête d'une autre dame. Celle-ci, le sachant marié, se moqua de lui. Cela déplut fort à notre homme qui ne se fit pas faute d’insulter ladite dame ... qui se vengea. A quelque temps de là, le marquis reçut une lettre de la dame disant qu'elle viendrait le trouver pour lui témoigner toute son affection. A cet effet, il était prié de laisser ouverte la fausse porte de son château (la poterne côté nord). A l'heure dite, trois hommes habillés en femme entrèrent dans sa chambre et le tuèrent. C'était le 13 juillet 1577."  Les assassins ne furent jamais inquiétés.

La poterne nord (lettre K sur le plan des fortifications)

poterne nord  poterne nord : vue rapprochée

C'est par la poterne nord que pénétrèrent 3 silhouettes féminines qui assassinèrent Yves III

La poterne donnant sur le Mont Bar (Lettre N sur le plan des fortifications)
Elle a complétement disparu

Poterne donnant sur le Mont bar


Sans doute se trouvait-elle au croisement des remparts donnant sur Bar et du charreyron menant à Fontelines. Possible aussi que le Duc de Nemours (le 8 août 1593, lors du siège d'Allègre) pointat ses canons (placés juste en face dans le "pré du canon") en direction de cet endroit qui constituait un point faible.