Envoyer
Index de l'article
Le Mont Bar
La tourbière
La tour du Mont Bar
Photos aériennes et cartes
Pour découvrir le mont Bar
Toutes les pages

 

Le Mont Bar et sa fameuse tourbière

 

Ce volcan de type strombolien (un cône tronqué surmonté d'une cuvette) culmine à 1175 mètres, il fait face à un autre volcan, le mont Baury sur les flancs duquel se blottit le village d'Allègre.

La dernière éruption du volcan remonte à environ 790000 ans, rassurez vous il n'y a pas eu de victime car à cette époque nos ancêtres vivaient encore en Afrique, c'est seulement il y a 70000 ans qu'homo sapiens a commencé à quitter ce continent et a colonisé l'Europe il y a environ 45000 ans. Le mont Bar compte parmi les plus jeunes des volcans du Velay dont l'âge s'échelonne de treize millions à quelques centaines de milliers d'années.

Le Mont Bar est unique en Europe, c'est en effet le seul volcan de type strombolien qui abrite dans son cratère une tourbière. La formation de celle-ci a été favorisée par le creusement d'un drain en 1821 pour assécher le lac qui se trouvait alors dans son cratère.

alt
Le Mont Bar au printemps

alt
La photo est prise sur le sommet du Mont Baury, à droite on aperçoit la potence.

 

Photo de Philippe BOUSSEAUD
Photo de Philippe BOUSSEAUD


Le mont Bar comme le mont Baury appartient à la chaîne du Devès, celle-ci s'étend sur environ 60 Kilomètres entre la Loire et l'Allier.

alt
Le chemin principal menant à la tourbière (photo prise en descendant vers Allègre)

Voici le chemin que l'on emprunte pour se rendre à la tourbière du mont Bar. On remarque à cet endroit que celui-ci a été creusé dans une coulée de pouzzolane noire. Notez également que le couvert végétal est principalement constitué de feuillus et notamment de hêtres.

Afin de protéger ces lieux l'accès est interdit à tout véhicule.

 

alt
Toujours le même chemin la photo a été prise au même endroit que la précédente mais en direction de la tourbière.

 



La tourbière

alt
Voici le paysage verdoyant qui vous accueille en arrivant à la tourbière. Une des plus belles hêtraies de la région.

 

alt
Cet arbre a vraisemblablement été victime d'un pic noir ou d'un pic épeiche.

Le mont Bar et sa tourbière comptent parmi leurs hôtes de nombreux animaux.
On a identifié plusieurs espèces de libelles. Les mammifères sont nombreux : renards, martres, écureuils etc...

On aperçoit la tourbière à travers le feuillage.

"Une tourbière c'est bien joli mais ça ne rapporte rien" durent penser les paysans qui décidèrent de la transformer en pâturage. En 1821, ils entreprirent de creuser un drain pour l'assécher.
Creusant et pelletant avec entrain, un ouvrier découvrit un vase de terre cuite qui s'avéra contenir trente trois pièces de monnaies (dont certaines à l'effigie de l'empereur romain Marc-Aurèle (IIème siècle après J-C), un collier, deux bracelets et un lingot, "le tout antique et en or", précise un érudit.

Le trésor est depuis longtemps dispersé, mais l'histoire est authentique."

 

alt
En faisant le tour du cratère vous passerez inévitablement sur ce pont de bois
qui enjambe le fossé creusé par les paysans des environs en 1821.

 

alt
Cette photo a été prise sur le pont de bois qui emjambe le fossé. La tourbière est cachée par une rangée d'arbres.

 

Le drain n'est plus entretenu depuis 1940. L'amoncellement de troncs et des débris de végétation ainsi que la lente érosion des bords du canal obstruent celui-ci. Et contrairement à ce que l'on pourait croire la tourbière est en train de s'assécher (travaux de recherches récents du CPIE du Velay)

alt
La tourbière au printemps

Large de 500 m et profond de 40 m, le cratère du Mont Bar abrite une tourbière qui a remplacé le lac d'autrefois.

Aujourd'hui classée et protégée (zone Natura 2000 ), cette tourbière présente une flore exceptionnelle tout comme l'ensemble du Mont Bar. Cette végétation spécifique est principalement constituée de fraisiers d'eau, de carex et de sphaignes.

Les sphaignes
croissent en hauteur tandis que leurs bases se décomposant mal dans ce milieu acide, s'accumulent, se tassent lentement et forment la tourbe. Amenés par le vent, "semés" dans la tourbe, les pollens demeurent intacts, ils se fossilisent. Ainsi, en sondant la tourbière, on peut connaître l'évolution de la végétation environnante et du climat.
On sait par exemple que, 7000 ans avant J-C, les pentes du volcan étaient presque exclusivement recouvertes de noisetiers, ou que le hêtre, un millier d'années avant notre ére, y était encore l'essence dominante.
C'est en ce sens que la tourbière constitue "les archives de la nature".
Les sphaignes peuvent retenir jusqu'à trente fois leur poids sec en eau qu'elles absorbent comme des éponges. Elles contribuent à accroître l'acidité du milieu et donc sa capacité de conservation.

Le fraisier d'eau s'accommode d'un sol vaseux et allonge ses rhizomes (tiges souterraines horizontalistes) qui conquièrent l'eau libre et forment un radeau permettent l'installation de nombreux végétaux.

Le carex est également présent dans la tourbière ce n'est pas une herbe graminée ordinaire. Sa tige a une section triangulaire, ses feuilles plus longues que la tige, comportent deux pliures...Attention ça coupe !
En été vous pourrez obsever ses fleurs semblables à des épis.

George Sandest venue en visite au mont Bar et à sa tourbière. Elle y aurait collecté des plantes pour compléter son herbier de Nohant.

On raconte que le lac qui existait avant que prenne place la tourbière aurait été le théâtre de joutes nautiques romaines !
Cette légende est reprise par George Sand dans son roman "Jean de la Roche".

 

alt
Photo de Philippe BOUSSEAUD

 

 

Deux vidéos sur la tourbière (Ci dessous en hiver)

 

 

 

 La tourbière au printemps

 

 

 


 

La tour du mont-Bar

 

La tour du Mont Bar en juin 2009 La tour au début du XXe siècle
La tour du Mont Bar en juin 2009 La tour au début du XXe siècle
La tour fut édifiée en 1903 par le Service cartographique des Armées (devenu IGN) pour l’établissementdes cartes d’État-major : elle servait à élever l'axe optique d’un théodolite, appareil permettant demesurer les angles, tout en l’affranchissant celui-ci des masques végétaux proches. Elle est creuse pour permettre à l'appareil de se situer sur la verticale d'un repère scellé dans les fondations.

En 1948, elle fut entourée d’un échafaudage permettant de monter au sommet. La partie supérieure a été reconstruite en moellons.

Avec l'utilisation des nouveaux outils de référencement géodésique (GPS, satellites), l'ouvrage a perdu quelque peu de son intérêt et les outrages du temps ont altéré cette construction de briques qui n'est plus entretenue avec le même soin qu’autrefois.

La végétation commençait à prendre le dessus, mais la municipalité, avec l’accord compréhensif des propriétaires concernés, a récemment fait dégager les arbres qui avaient tendance à submerger cet élément du patrimoine auquel les habitants de la commune sont attachés.

La tour du mont Bar en 2011
La tour du mont Bar en 2011

La tour du mont Bar en 2011

La tour du mont Bar en 2011 (vue rapprochée)

 

alt
Localisation : Le triangle rouge représente l'endroit où se situe la tour de brique.

 



 

Vues aériennes actuelles


Carte du mont Bar avec courbes de niveaux (IGN)
Carte du mont Bar avec courbes de niveaux (IGN)

Composition carte IGN et photo aérienne
Composition carte IGN et photo aérienne

Le mont Bar vue aérienne à partir de Barribas
Le mont Bar - vue aérienne à partir de Barribas (IGN)

Vue du mont Bar à partir d'Allègre
Vue du mont Bar - à partir d'Allègre (IGN)

Le mont Bar - vue aérienne à partir de Céaux d'Allègre
Le mont Bar - vue aérienne à partir de Céaux d'Allègre (IGN)

Vue aérienne du mont Bar à partir de Serres
Vue aérienne du mont Bar à partir de Serres (IGN)

 

Vues aériennes anciennes

Les photos ci-dessous sont enhaute définition cela peut prendre un peu de temps avant de les voir apparaître sur votre écran

Avantages : elles peuvent vous permettre de voir précisément l'évolution du paysage

Le mont Bar, vue aérienne du 9 septembre 1948 (photo IGN)
Le mont Bar, vue aérienne du 9 septembre 1948 (photo IGN)
Une des premières photos aériennes du mont Bar

Le mont Bar, une vue aérienne du 23 avril 1955 (IGN)
Le mont Bar une vue aérienne du 23 avril 1955 (photo IGN)

Le mont Bar, vue aérienne du 22 septembre 1963 (photo IGN)
Le mont Bar, vue aérienne (partie nord) du 22 septembre 1963 (photo IGN)

Le mont Bar, vue aérienne sud du 22 septembre 1963 (photo IGN
Le mont Bar, vue aérienne (partie sud) du 22 septembre 1963 (photo IGN)

Le mont Bar, vue aérienne 2011 (photo IGN)
Le mont Bar, vue aérienne 2011 (photo IGN)

 


 

Pour découvrir le mont Bar

  • A pied
Vous pouvez faire l'ascension et, là-haut, faire le tour de la tourbière, le tour du cratère ou, encore, aller voir la tour (environ 1h-1h30, sans se presser (de bonnes chaussures sont recommandées).

Départ de la maison du mont-Bar , au pied de celui-ci, où se trouve également l'accueil de l'Office du Tourisme (à côté du Centre George Sand, du Collège, de la gendarmerie,...)

Vous pouvez aussi faire le "tour de Bar", à mi-hauteur : c'est une très belle promenade d'environ 5,200km (environ 1h30).
Départ de la maison du mont-Bar.

  • Dans un fauteuil ! (ou presque...)
Vous pouvez aussi visiter la maison du mont-Bar , magnifique animation interactive en photos et videos.

Elle se trouve, elle aussi, au pied du mont-Bar, dans les mêmes locaux que l'Office du Tourisme.

La maison du Mont Bar propose un parcours ludique et pédagogique qui s’articule autour de 3 thèmes : le volcanisme, la tourbière, la biodiversité et le développement durable. La découverte de notions scientifiques très abordables passe par la  manipulation, le jeu et le partage.

Le sentier de découverte du Mont Bar et de sa tourbière est signalé par des bornes directionnelles et ludiques très attrayantes pour les familles. Quatre panneaux d’interprétation situés sur le pourtour de la tourbière permettent une lecture des  différentes composantes du site. Un document de site natura 2000 avec un quiz associé aux panneaux d’interprétation vous sera remis à la demande.

 

  • Mais, attention, pas en 4x4, ni en moto !
En effet, les engins à moteur sont interdits sur l'ensemble du site (sauf véhicules de secours ou d'exploitation forestière).