Écrit par Gilbert MEYSSONNIER   

 

allegre-680transpng8

 

A vos urnes !


 Nous voici à l’heure où les Français sont invités à choisir un Président de la République puis dans la foulée des Députés qui siégeront à l’Assemblée Nationale. La tendance générale est de dire que c’est difficile de se prononcer en faveur de l’un ou de l’autre des candidats ; difficile de trier le vrai du faux : des propositions qui relèvent du « délire  de campagne » de celles qui pourront effectivement  être mise en oeuvre ; difficile de croire après tant d’attentes déçues par le passé que le futur élu trouvera les moyens de redonner du travail  et du pouvoir d’achat aux Français ;  difficile d’entendre dire qu’en France, la cinquième puissance mondiale, 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté ; difficile de s’entendre dire que la France terre d’asile depuis toujours n’a plus les moyens d’assumer cette tâche qui a fait sa grandeur et sa richesse ; difficile de se projeter dans un avenir même à moyen terme au niveau des équilibres entre les milieux ruraux et urbains : les centres urbains continueront-ils à se peupler en dépit des problèmes actuels au détriment des zones rurales ou y aura-t-il une inversion de tendances ou tout au moins une amorce de rééquilibrage ? difficile de produire dans un délai court suffisamment d’énergies propres pour remplacer le nucléaire et les énergies fossiles ;  difficile de faire comprendre à  tous, producteurs et consommateurs, qu’un retour à une agriculture raisonnée et des circuits courts d’alimentation est indispensable pour la survie de la planète et donc de ses habitants ; difficile d’envisager le temps qu’il faudra pour concrétiser les indispensables évolutions vers une Europe plus juste, plus égalitaire et plus solidaire; difficile de se positionner dans les conflits internationaux nourris par des dictatures, même lorsque les tyrans  « franchissent la ligne rouge » ; difficile d’assurer la protection des Français dans leur propre pays toujours autant visé par le terrorisme aveugle…
En dépit de toutes ces interrogations au demeurant bien légitimes,  un acte est malgré tout indispensable, un acte citoyen : mettre son bulletin dans l’urne dès le premier tour (et bien sûr au second) des élections présidentielles et législatives qui se profilent.
Ce n’est pas jouer aux anciens combattants ni aux rabat- joie que de rappeler que nous avons une chance inouïe de vivre dans une République laïque, fruit d’une lutte acharnée et sanglante que nos ancêtres ont mené contre des pouvoirs absolus.

Mise à jour le Jeudi, 13 Avril 2017 15:57